Home » Matières

Matières

Les matières recyclées :

Participant au développement durable le recyclage des matières est un procédé qui implique, en amont que nous triions nos déchets.
Triés et collectés, nos déchets sont revalorisés et réintroduits dans la fabrication d’autres produits.
Le recyclage permet de réduire nos déchets enfouis et préserve nos ressources naturelles.
De nombreuses matières sont recyclables et certaines pas toujours connues du grand public …

 

Le papier et carton recyclés :
On utilise les fibres de cellulose du papier et carton recyclés pour fabriquer une nouvelle pâte à papier.
Le recyclage du papier permet des économies substantielles en eau, énergie et lutte contre la déforestation.
En recyclant 1 tonne de papier on fait l’économie de 1,4 tonnes de bois et près de 50 m3 d’eau …

 

 

Le plastique recyclé :
On distingue 2 sortes de plastique pouvant être recyclé …
Le PET ((Polyéthylène Téréphtalate), un plastique transparent utilisé largement dans la fabrication de bouteilles plastique. C’est un thermoplastique recyclable.
Le PeHD, (Polyéthylène haute Densité), un plastique plus opaque.

La France est le 3ème producteur européen de plastique mais nos déchets sont encore mal revalorisés …- 30 % d’entre eux sont incinérés, 36 % partent à la décharge, seulement 20% sont recyclés et 14% font l’objet d’une gestion biologique (compostage, …).
Le recyclage du plastique permettra de fabriquer des nouveaux emballages et produits et contribue et s’inscrit dans une vision d’économie circulaire …

 

Le cuir recyclé :
Avec des chutes de cuir il est possible de faire du cuir recyclé : cela permet de limiter notre impact environnemental en réduisant les déchets enfouis et en limitant la pollution par le processus de tannage du cuir.
Le cuir recyclé comme le Synderme peut être d’origine animale (issu de chutes de cuir), végétale (l’arbre à caoutchouc) et synthétique (résine).

 

 

L’aluminium recyclé :
L’aluminium est produit à partir d’un minerai rouge riche en Alumine appelé bauxite. Recyclé, l’aluminium ne demande plus que 5% de l’énergie initialement demandée pour son extraction.
L’aluminium est un matériau très intéressant du point de vue écologique puisqu’il est recyclable à l’infini sans perdre ses caractéristiques physiques.

Le bioplastique :

Afin de palier au problème du plastique polluant et d’origine fossile (pétrole), le bioplastique a fait son apparition il y a une quizaine d’annéespour offrir une alternative plus saine.
Un bioplastique est un produit renouvelable d’origine végétal. En ce sens il est également biodégradable et compostable.
C’est un polymère issu de ressources renouvelables qui peuvent être extraits de la biomasse ou à partir de biomonomères (molécule utilisée pour la synthèse des polymères) : c’est le cas du PLA (l’acide polylactique) que l’on retrouve aujourd’hui dans bon nombre de produits fabriqués en bioplastique.

La PLA est un polymère d’origine biologique et peut être fabriqué avec du maïs (amidon de maïs), du riz, du manioc ou de la betterave…
En comparaison du traditionnel plastique, le PLA permet d’économiser notre combustible fossile, peut être éliminé par compostage et est biodégradable. Il s’inscrit donc dans une démarche d’éco-conception durable et responsable.

 

 

 

Les matières naturelles :

Le coton bio :
La culture du coton bio, contrairement à sa culture traditionnelle n’utilise pas d’engrais chimiques mais naturels préservant ainsi la santé des travailleurs et des terres d’exploitations plus saines. La culture du coton bio est aussi bien moins gourmande en eau.
A titre d’exemple, la simple fabrication d’un tee-shirt en coton (non bio) demande 2700 Litres d’eau et 150 g de produits chimiques …
Favoriser le coton bio est donc un enjeu éthique, sanitaire et écologique.

Le jute :
Issu d’une plante tropicale ce sont les fibres végétales qui sont utilisées pour fabriquer du textile en toile de jute. La fibre se compose essentiellement de cellulose végétale et de lignine (présente également dans la bibre du bois).
La culture de cette fibre présente de nombreux avantages écologiques : elle pousse rapidement permettant la rotation des cultures, elle fertilise les sols et elle est biodégradable et recyclable.


Le chanvre :

La culture du chanvre ne nécessite aucun pesticide ni engrais. C’est une plante résistante et de culture facile qui ne demande pas de ressource en eau importante.
Sa transformation est également très saine, exempt de traitements chimiques ou fongicides. C’est pourquoi elle est largement utilisée dans la construction et l’habitat, notamment sous forme d’isolant (laine de chanvre).
Le bambou :
Appartenant à la famille des graminées (les poacées), le bambou est une ressource naturelle aux nombreuses vertus écologiques :
Sa culture est facile et renouvelable, ne nécessite pas d’engrais ou pesticides, sa croissance rapide, fertilisant les sols. Très bon capteur de CO2, le bambou est capable d’absorber jusqu’à 4 fois plus de gaz à effet de serre qu’un arbre tout en rejetant 30% d’oxygène en plus …
Préservant l’environnement et la biodiversité, le bambou joue également un rôle éthique : sa culture est l’une des principales activités de production pour une large population des pays émergents.

Le bois :
Ressource naturelle connue de tous, le bois est un matériau renouvelable ayant un faible impact environnemental. La fibre qu’il contient stocke une partie du carbone, limitant ainsi les gaz à effets de serre.
Durable, renouvelable, solide, isolant et sain, le bois participe à l’équilibre écologique de notre environnement et offre des propriétés avantageuses pour la construction et l’habitat.
Géré durablement (Label FSC) il intègre les valeurs du développement durable.